Histoire de la maison

  • Au XVIIIème siècle: Relais de poste entre les Cévennes et la plaine de Montpellier

Ancienne Gendarmerie Les Jardins du Village Saint Martin de Londres

Situé au cœur de Saint Martin de Londres, l’Ancienne Gendarmerie est constituée de deux bâtiments perpendiculaires et mitoyens, intégrés dans le cœur des maisons de village.

Un bâtiment principal fait office de logement et d’accueil, sur 3 grands niveaux diversement agencés avec le temps et surtout très endommagé sur les structures de planchers avant la mise en place de la route de contournement de Saint Martin de Londres.

Un bâtiment perpendiculaire et mitoyen au premier, les écuries, forme une cour pavée fermée donnant sur la rue par une porte cochère. Cette cour comporte encore un abreuvoir en pierre, une belle calade en pierre, ainsi qu’un appentis d’ombrage pour les chevaux.

Côté jardin quelques petits bâtiments constituent les traces des différents usages des lieux, en fonction des époques.

L’eau courante n’est arrivée qu’en 1953, bien après le télégraphe et l’électricité, marquant la fin d’usage des premiers toilettes, au fond du jardin, donnant directement vers le Rieutord, et l’arrivée d’une première salle d’eau collective pour les 6 familles de gendarmes vivant dans les lieux.

Le chauffage (des poêles au charbon) était alors géré par chacune d’elle pour les deux pièces qui lui étaient attribuées (quelque soit le nombre d’enfants), tout comme le potager que chaque famille exploitait à partir de l’un des cabanons (décrit en tant que « cave » dans le bail) qui lui était alloué, également pour stocker son charbon.

Une première rénovation énergétique intervient après le départ des gendarmes, en 1972, avec la pose d’un chauffage central complet (plus de 30 radiateurs !) et d’une chaudière au fioul, d’une conception antérieure au premier choc pétrolier et consommant (suivant le témoignage du livreur de Fioul de l’époque) jusqu’à 25 à 30 000 litres de fioul par hiver !

La toiture ne sera isolée qu’à partir des années 90, l’ensemble des 27 ouvertures ne seront remplacées qu’en 2005, par des huisseries en chêne massif, double vitrage faible émissivité et remplacement des volets bois de plus de 120 ans, permettant, avec un poêle à bois à haut rendement, de passer en dessous de 1800 litres et 8 stères de chêne vert local pour chauffer les 2/3 habitables de la maison.

Les écuries seront peu à peu transformées après le départ des gendarmes, le bâtiment principal est habité et restauré par ses propriétaires successifs.

Depuis 2012, soit après 7 ans de travaux, la maison ne consomme plus que 15 à 18 stères de bois, faisant bien mieux que certain bâtiments basse consommation contemporains.
L’ensemble de la rénovation a été réalisé avec l’aide de petites entreprises locales, et l’ensemble des matériaux utilisés sont naturels, souvent bio, toujours sains.

 

Les commentaires sont clos.