Rénovation bioclimatique

 

Le projet de rénovation :

En achevant le travail de rénovation intérieur, le renforcement des isolations de toiture et des murs non mitoyens Nord et Ouest permet une chute considérable des besoins en énergie de la maison. Seuls des matériaux écologiques ont été utilisés (Fermacel, isolants fibre de bois, mortier chanvre /chaux, plancher bois massifs d’essences locales, etc.), en ayant recours à des artisans locaux.

Le remplacement de la chaudière fioul de 37 ans par une chaudière bûche haute performance permet d’utiliser pleinement la masse de la maison en optimisant le réseau de chauffage central existant, et particulièrement la cage d’escalier, dans son rôle d’inertie thermique.

Pour son confort d’été, la masse de la maison (murs en pierre de 60 à 90 cm d’épaisseur) permet avec la simple ventilation naturelle, de garder 8 à 12 degrés d’écart avec l’extérieur, dans tous les logements.

Le bilan carbone de la maison est ainsi quasi nul, les besoins énergétiques complémentaires et assurés par le barrage hydroélectrique de la Coopérative électrique de Saint Martin de Londres, permettant ainsi à l’ensemble du bâtiment d’atteindre, idéalement, le niveau d’exigences d’EFFINERGIE, du moins le niveau Très Haute Performances Energétiques. Les premières simulations donnent 34,27 Cep (kWhep/m2/an), pour un objectif de 64 CEP.

Pour ce qui est de la gestion de l’eau, déjà optimisée, la mise en place d’un système complet de robinetteries économes est complétée par la mise en place d’un réseau secondaire d’eau du puits, alimentant un bassin de baignade à filtration végétale implanté au cœur du jardin, déjà remarquable par son identité méditerranéenne et cévenole si spécifique au bassin de Londres, avec un potager bio depuis le printemps 2010.

La gestion des niveaux du jardin permet d’optimiser la pénétration de l’eau dans la nappe, tandis que la piscine, quasi autonome, capte autant d’eau de pluie à l’automne qu’elle n’en prend au puits en été.

C’est du bassin que nous tirons l’eau d’arrosage du potager bio, et le bassin joue alors pleinement son rôle de ferment de biodiversité dans tout le jardin.

« L’âge de pierre ne s’est pas achevé faute de pierres… »

Cheikh Yamani, ancien ministre saoudien du pétrole.

Mais simplement grâce à de nouvelles idées.

Les commentaires sont clos.